HAU QUYEN TRUNG DUNG ÐAO : Technique du Singe, la Voie du juste milieu

Notre style a été transmis par un Maître-Moine, Me TRAN TRUNG Truc, à notre Maître TRAN VAN Ut (1932-2005, fondateur en occident de l’Ecole HAU QUYEN TRUNG DUNG ÐẠO).

Le lieu de base et d’enseignement se situait dans un temple Bouddhisteau Viêt-Nam, chùa AN HOI (district ou Huyện Hóc Môn ). Éloigné desregards indiscrets et non pour des raisons personnelles,Me TRAN TRUNG Truc a choisi un seul disciple, Maître Ut pour transmettre son héritage ancestral. Néanmoins, la pratique des Arts Martiaux devait être discrétionnaire, car nous sommes encore à l’époque (les années 40), sous le tutorat colonial Français.

SIGNIFICATION DE L'EMBLÊME HAU QUYEN


LE DRAGON EST L’ANIMAL SYMBOLE DU VIETNAM

Sur l'écusson de notre école, les deux Dragons se positionnent de face, non pas pour s'affronter, mais pour protéger le HÂU (Le Roi Singe), symbolisé par l'écriture en ancien vietnamien.

LE JAUNE ET LE ROUGE SONT LES COULEURS DE L’ÉCOLE

« Il ne s’agit pas uniquement d’un style inspiré des qualités d’un animal, mais du Singe Pèlerin SI YEOU KI dont la Tradition révèle l’histoire ; celle du Singe qui est chargé d’accompagner et de protéger le bonze HIUAN TSANG dans son voyage de 15 ans vers l’Occident (le Tibet). Bien entendu il s’agit d’un voyage initiatique semé d’embûches et d’épreuves que le Singe surmonte. »

Le Singe SI YEOU KI est un moine très fort en Arts Martiaux, qui par ses méfaits, a renversé le royaume du ciel. Onh TAM TANG (un pèlerin) l'ayant maîtrisé, lui demanda de l'accompagner et de servir un autre moine qui deviendra son maître, à la recherche des livres sacrés du bouddhisme. Pendant le voyage vers l'Inde, ils subirent toutes sortes d'agressions et de pièges. C'est là que furent mis les talents du Singe au service de son maître et de la communauté.
Il y a des millénaires, le monde oriental a pris conscience de l'existence dans l'univers d'un élan d'Energie Vitale qui pénètre toute chose et régit tous les êtres. Il est important pour nous de savoir que la pensée orientale représente le monde comme un tout, soumis à l'action de deux principes distincts, opposés, mais se complétant. Il s'agit du AM et du DUONG (en chinois le Yin et le Yang). Notre style pousse à la recherche de ces deux pôles, à trouver le juste milieu entre force et faiblesse, entre dureté et souplesse, lenteur et rapidité; mais aussi l’art de vivre en harmonie avec soi même et autrui. C'est en cela que la recherche du juste milieu est la plus utile et que le HAU QUYEN TRUNG DUNG ÐAO trouve tous son sens.
Le singe SI YEOU KI La voie du JUSTE MILIEU

LES ANNÉES 50’

Arrivé en France en 1951, Maître Ut a commencé à enseigner le HÂU à un petit groupe de personnes, en collaboration directe avec les autres Maîtres d’Arts Martiaux Vietnamiens en 1957, au quai d’Anjou (derrière Notre de Dame de Paris) :
  • Me NGUYEN TRUNG Hoa (spécialiste de la boxe chinoise et Thieu Lam),
  • Me TRAN LUU Y (docteur ès et ancien ministre d’état de la santé du Sud-Viêtnam),
  • Me LE CHÂU (haut fonctionnaire du ministère de la coopération),
  • Me NGUYEN VAN Cho (financier en son état).

  • Ensemble, ils ont lancé le VÕ (Arts Martiaux) ÐA (Ðông Á = Extrême Orient) Club dans la capitale, association loi 1901 pour promouvoir la pratique traditionnelle du Võ à Paris. Sont venus les rejoindre dans ce cercle fermé d’experts en arts martiaux, Mr Safy MOHAMED en 1962.

    LES ANNÉES 70’

    Me Ut pratiquait également le judo et fréquentait Me Henry PLEE à ses débuts, lorsque ce dernier importait le karaté en France, rue de la Montagne St Geneviève et fut l’un des pionniers en Europe.
    Il faut attendre le début des années « 70 » pour voir la création de la Fédération Française de Viet Vo Dao regroupant à l’époque un certain nombres d’autres Maîtres Vietnamiens :
  • Me PHAN Hoang, président de l’international Viet Vo Dao entre autre,
  • Me PHAM XUAN Tong, fondateur du mouvement Quan Khi Dao,
  • Me NGUYEN DAN Phu, fondateur de l’École Thang Long,
  • Me TRAN MINH Long, fondateur du mouvement Vovinam- Viet Vo Dao ,
  • Me TASTEYRE Tran Phuoc, du style Han Baï,
  • Me NGUYÊN TRUNG Hoa, du style Thiêu Lâm,
  • Pris par son métier de scientifique et par l’éloignement géographique (Lannion, Côtes d’Armor) Me Ut n’a pas pris part activement à la création de cette fédération, qui se déroulait essentiellement à Paris et à Limoges.
    La ville de Limoges en Haute Vienne (87) fût l’une des villes de France à accueillir une grande partie de la diaspora vietnamienne après les évènements de 1975 (guerre du VIETNAM).

    La famille TRUONG (dont Alain et Gilles) y séjourna entre autre de 1976 à 1978, avant de monter dans la région parisienne.

    ANNÉES 90’

    Un tournant dans le début des années « 90 », avec la création de la Fédération Européenne des Arts Martiaux Vietnamiens : le nom de HAU QUYEN TRUNG DUNG ÐẠO est apparu «officiellement » et pleinement au grand jour. Représenté à l’époque par le successeur désigné de Me Ut, Me Safy MOHAMED.

    Me Safy MOHAMED, né en 1938 au Viêt-Nam et originaire du Nord du pays (Bach), est un fervent adepte du Võ. Il a commencé avec l’ensemble des Maîtres du VÕ ÐA Club de Paris, sans distinction de style propre à chacun. Il a ainsi su s’imprégner de toutes les techniques pour évoluer et fonder son premier club de Viet Vo Dao à Fontenay sous Bois (94) au milieu des années 70. Il a été désigné chef de file de l’Ecole HAU QUYEN par le fondateur Me TRAN VAN Ut, le 21 octobre 1990 à Lognes.

    AUJOURD’HUI

    Retiré dans un coin paisible de la Bretagne et profitant de sa retraite méritée, Me Ut continue toujours à dispenser son enseignement durant ses brefs passages à Paris. Avec la sagesse et le recul de l’enseignement qu’il a reçu, il nous cite souvent des proverbes vietnamiens que son Maître lui enseignait ou qu’il a appris dans des écrits.

    « Il n’est pas besoin de se soucier d’être apprécié. Il ne faut s’inquiéter que lorsqu’on n’apprécie pas les autres ».

    Le 15 mars 2009, Me Safy ayant décidé de prendre également sa retraite martiale, a retransmis à Me Gilles TRUONG, ceinture noire 6° dan officiel, le flambeau de l’École en le nommant Chef de file à son tour. Me Gilles TRUONG est le Maître de la deuxième génération de notre style.

    De 1802 à 1945

    Période de décadence (1802 - 1945). - Cette période marque la dynastie des NGUYEN et la colonisation française. Au début du 19ème siècle, la puissance industrielle a fait perdre la confiance dans les valeurs humaines; devant les armes modernes, l'Art Martial s'est révélé dépassé sur le plan de l'Art Militaire et cette hâtive constatation l’a conduit trèsvite à sa décadence.

    Sous la colonisation française, de 1863 à l945, l'Art Martial vietnamien fut frappé d'interdiction. Cependant, dans le secret et la clandestinité, I’entraînement continua dans un cadre très limité et avec des disciples sérieusement sélectionnés ; de ce fait, les élèves ne connaissaient que leur école. Les techniques étaient différentes d'une école à l'autre et parfois même déformées.

    De nos jours

    La Renaissance (à partir de 1938 ....). La renaissance de l'Art Martial vietnamien a commencé avec le Grand Maître NGUYEN LOC qui a consacré toute sa vie pour faire jaillir des connaissances millénaires une nouvelle ère du Viet Vo Dao.

    LE MAITRE FONDATEUR du mouvement Viet Vo Dao: Le Maître NGUYEN LOC naquit en 1912 à HUU BANG, province de SON TAY au Tonkin. Dès son jeune âge, Il étudie la Philosophie et l'Art Martial vietnamien. Plus tard, sur les conseils de son Maître, il partit voyager dans tout le pays pour bénéficier de l'enseignement des Maîtres les plus compétents. Au cours de ces voyages, difficiles à cette époque, Il a pris connaissance de nombreux documents anciens jusqu'alors dispersés et ignorés. En 1938, après avoir mis à de très rudes épreuves ses connaissances et une longue réflexion et méditation, le Maître NGUYEN LOC commença la codification et la structuration des techniques. Il forme, ensuite, ses disciples et créa le mouvement VOVINAM Viet Vo Dao. Il mit à la lumière les fondements philosophiques de l'Art Martial vietnamien et redonna au Viet Vo Dao sa véritable vocation. En 1945, le Maître présente officiellement son mouvement et dispense son enseignement au grand public.

    Depuis ce jour, le Viet Vo Dao a pris de l’ampleur pour devenir un large mouvement d'éducation visant la formation de I’HOMME VRAI ».
    Années 50’ ANNÉES 70' ANNÉES 90' Aujourd'hui